Mon parcours
Biographie

Philippe Dominati est un indépendant. Dans sa vie professionnelle comme dans sa vie publique, puisqu’il a mené les deux de front, il a toujours préservé sa liberté d’action et son indépendance d’esprit.

Jeune élu local, adjoint au maire dans le premier arrondissement, puis Conseiller de Paris du huitième, il travaille dans la publicité, puis développe plusieurs commerces à Paris et en Province, dans la maroquinerie de luxe ou l’habillement.

Chef d’entreprise et élu local

Elu au Conseil Régional sur la liste d’Alain Juppé, il devient Président du groupe Libéral et Indépendant. Il poursuit sa carrière de chef d’entreprise en participant dès sa création à l’essor d’un groupe de service aux entreprises, qui devient en trente ans le leader mondial dans son secteur. Administrateur de ce groupe présent dans 63 pays et coté en bourse , il est aujourd’hui Président (non exécutif) pour la France.

Un gestionnaire public irréprochable
`
Elu parisien, fort de son expérience comme chef d’entreprise, Jacques Chirac le propose comme Président du Syctom, l’organisme qui gère la collecte et le traitement des déchets pour la région parisienne. Il lui demande aussi d’être le vice-président délégué du Crédit Municipal de Paris. Ces deux organismes, pendant sa présidence, seront gérés en concertation avec les élus de tous bords, ceux de Paris, des communes voisines ou de la région et les budgets seront bien souvent votés unanimement. Philippe Dominati est avant tout un pragmatique, qui privilégie les investissements d’avenir, dans le public comme pour le privé : Il a ainsi été un des premiers en France à avoir investi dans l’énergie éolienne.

Des expériences très concrètes dans l’environnement, les transports, la vie quotidienne,
Déçu des divisions de la droite et des États majors nationaux partisans, il mène sa propre liste, toujours en indépendant, et est élu au Sénat. Réélu deux fois, il arrive aux dernières élections en seconde position après la liste soutenue par la Maire de Paris, Anne HIDALGO, devant les listes officielles de LREM et LR.

Il innove pour défendre les ménages de l’endettement

Ceux qui connaissent Paris apprécient sa connaissance des dossiers parisiens, le travail de fond qu’il accomplit au Sénat, la volonté de faire aboutir ses propositions dans la franchise mais sans sectarisme.

En commission des finances, il dénonce les hausses d’impôts et refuse de voter le budget
Au Sénat, il est élu Vice Président de la Commission des Finances, il en est un des membres les plus actifs. Il a été choisi pour présider la Commission d’enquête sur l’Evasion fiscale, et celle sur le surendettement des ménages, qui ont donné lieu aux lois désormais en vigueur. Rapporteur du budget du Secrétariat général de la Défense nationale, puis du budget de la sécurité, police et gendarmerie, il plaide longtemps pour une réforme des services de renseignement, enfin appliquée depuis les attentats terroristes.

Il obtient la refonte des services de renseignement

Pionnier de la création d’une police municipale à Paris, proposition qui fait enfin consensus aujourd’hui, il réclame une réforme de la Préfecture de Police, hier outil d’excellence, aujourd’hui inadapté.

Très actif sur les questions du Grand Paris, l’organisation des transports en Ile de France et la question du logement, il a interpellé directement, en public ou en privé, les Présidents et les gouvernements sur la complexité bureaucratique, l’accumulation des taxes, l’incertitude des financements, l’enlisement des dynamiques. Spécialiste des questions fiscales, il a dénoncé dés son élection, les dangers de l’endettement et l’augmentation des impôts, refusant de voter un budget présenté pourtant par ses amis. Il a dénoncé les vertiges de la dette et pointé la malheureuse gestion des finances parisiennes, qui éclate aujourd’hui au grand jour.

Ecouté parce qu’indépendant

Philippe Dominati est écouté à Paris et au Sénat. Parce qu’il est indépendant. Parce que ses propositions sont toujours réfléchies, réalistes, efficaces. Il ne cherche ni le scandale, ni le coup d’éclat, mais maintient fermement ses positions jusqu’à ce que l’évidence ou les circonstances les imposent, comme ce fut le cas pour les services de renseignement ou l’augmentation des investissements pour la gendarmerie et la police.

Considérant le bilan catastrophique de la majorité municipale actuelle et le désintérêt du gouvernement pour l’avenir de Paris, il espère une alternance franche pour la capitale, seule à même de faire à nouveau de Paris une capitale modèle et dynamique en Europe.

Pour une alternance franche dans la capitale

Elu local, entrepreneur, parlementaire, Philippe Dominati appartient aussi à une famille qui s’est toujours investi dans la vie politique parisienne, qui s’est toujours méfié de la tutelle de l’Etat au détriment de la capitale. Jacques Dominati a défendu les libertés communales face aux Préfets et a été l’inspirateur du statut qui a donné un maire à Paris. C’est à la suite de son exemple qu’il a consacré une partie de sa vie à la politique, considérant que l’action au service de la collectivité valait bien d’autres engagements, sans excès d’honneurs ni de railleries.

Tenir son cap

Libéral en économie, partisan d’un Etat respecté (et respectable) sur les questions de justice et de police, européen convaincu, innovateur par profession, il plaide, sur les questions sociales ou sociétales, sur l’école ou les questions sociales, des approches novatrices, celles qui font leurs preuves, en France ou à l’étranger. Déterminé et pragmatique, il sait s’opposer avec fermeté, même à ses amis, quand ils ont tort. Il sait aussi convaincre, jusqu’à ses adversaires.

Sérieux, disponible, ouvert, il l’est dans sa vie politique comme dans sa vie professionnelle. Il a aussi -heureusement pour lui- une vie familiale : Il a un fils de 29 ans issu d’un premier mariage. Il a aussi une petite fille de 6 ans. Sa femme est avocate.

De son service militaire dans l’aviation, comme élève officier, – il a obtenu un brevet de pilote -, il a retenu la méthode : Voir loin, tenir son cap.